Search

Smartmatic

L’IEAC urge les gouvernements à agir pour restaurer la confiance électorale

Royaume-Uni, Londres – 27 juin 2017 – Au cours de la semaine le Conseil consultatif de Smartmatic, l’IEAC (International Elections Advisory Council) a tenu sa réunion annuelle, occasion d’un échange d’idées autour des moyens à déployer pour relever le degré de confiance des citoyens en leurs élections.

Le conseil, composé de leaders réputés en meilleures pratiques internationales, est arrivé à la conclusion commune que la technologie représente un élément clé pour accroitre la participation, la transparence et la vitesse d’un processus électoral, avec pour conséquence une stimulation du taux de participation, renversant ainsi la tendance à la baisse constatée globalement.

Les systèmes et protocoles électoraux affichent un certain retard en comparaison des possibilités offertes par nombre de transactions gouvernementales ou commerciales. Et les raisons en sont multiples : la vétusté des systèmes en place, certains datant de plusieurs décennies, un défaut de motivation et de volonté des partis en place de s’engager à changer un système qui l’aura mené à sa victoire, un manque d’information concernant la sécurité et une confusion véhiculée par les récents scandales américains liés au piratage de courriers électroniques.

Partout dans le monde les taux de participation électorale et de confiance en les institutions démocratiques sont en baisse. L’IEAC enjoint urgemment les acteurs concernés à se diriger vers de nouvelles voies permettant de réduire les risques, de restaurer la confiance et de renforcer le processus démocratique.

Il est prouvé que l’introduction de la technologie dans les processus électoraux induit les effets suivants :

Un meilleur taux de participation

Le rapport 2017 de la Banque Mondiale a pointé du doigt le déclin mondial des taux de participation électorale, avec une baisse de plus de 10% du taux moyen sur les 25 dernières années. Dans un monde où la mobilité prime, l’infrastructure électorale se doit d’être accessible avec facilité et de manière pratique par l’ensemble de l’électorat, qu’il réside à l’étranger ou soit simplement dans l’impossibilité de se déplacer hors de chez soi.

Une transparence accrue

Tout électeur doit avoir la possibilité de vérifier la juste transcription de son vote. Or, lors d’un processus manuel il n’a pas d’autre choix que de faire confiance et ne peut contrôler le dépouillement de son bulletin. A titre d’exemple, rappelons que lors des élections municipales de Londres en 2012 environ 50 000 bulletins et 5% des votes envoyés par poste ont été rejetés.

Plus de rapidité

Le recours à la technologie électorale permet de réduire le risque d’erreur d’interprétation et assure la production rapide d’un résultat final qui soit 100% précis et sûr, évitant les éventuels processus de recomptage. Cela représente une économie substantielle en temps et en moyens financiers.

Lord Mark Malloch-Brown, chairman de Smartmatic : « Les systèmes de vote manuels, désormais obsolètes, sont vulnérables et présentent un fort risque d’erreur ce qui diminue la confiance que porte l’électorat en sa démocratie. L’expérience nous prouve qu’il est possible de stimuler la participation électorale en rendant le vote plus accessible, plus simple et plus transparent. Tout gouvernement doit en faire son objectif et la technologie est l’outil indispensable pour l’atteindre. »

Richard W. Soudriette, chairman de l’International Elections Advisory Council (IEAC) : « Déjà aujourd’hui les technologies électorales se répandent à travers le monde : en Afrique pour faciliter la gestion des centres de vote et dissuader les tentatives d’usurpation d’identité, en Inde, aux Philippines et au Brésil pour permettre une production rapide des résultats finaux, en Suisse et en Estonie pour permettre aux électeurs résidant à l’étranger de voter par internet. La réunion de l’IEAC a été une excellente opportunité de constater les changements concrets induits par la technologie dans la voie de la transformation du paysage électoral international. »