Search

Smartmatic

Le vote électronique : l’Equateur y adhère à son tour

Aujourd’hui le monde compte 3,1 milliards d’électeurs ; 35% d’entre eux, environ 1,1 milliard de personnes, ont voté via un système de vote électronique.

Tendance claire du marché électoral, le vote électronique est en constante progression dans le monde. Les commissions électorales en sont le principal moteur.

Pourquoi automatiser ?

  • Elimination du risque d’erreur humaine, qu’elle soit intentionnelle ou non,
  • Meilleure transparence et vérifiabilité,
  • Elimination d’une certaine subjectivité lors du vote,
  • Optimisation de la durée des différentes étapes du processus (vote, décompte, publication, vérification, etc.),
  • Garantie du secret et de la sécurité du vote.

Automatisation totale vs partielle.

La solution Smartmatic utilisée est 100% automatisée. Tous les processus se déroulent directement devant l’électeur, sur la machine de vote et sans intervention d’une personne tierce. La quittance papier est un atout de taille. Ainsi, lorsqu’un électeur quitte le bureau de vote, il/elle est sûr(e) de l’enregistrement correct et du comptage de son vote.

La preuve papier et la traçabilité

Depuis 2004, année durant laquelle Smartmatic a opéré la première élection au monde utilisant des machines permettant l’impression de reçus papier, la vérification des votes est devenu un atout incontournable.

Non seulement les électeurs de Santo Domingo de los Tsáchilas ont pu utiliser la quittance papier imprimée pour vérifier la juste transcription de leur vote, mais elle facilite aussi grandement les audits post-vote.

A chaque étape du processus, chaque enregistrement est répercuté sur trois supports (un physique et deux électroniques) afin de garantir une transparence totale. La collecte des preuves papier générées permet une réelle traçabilité de l’ensemble du processus. Nous appelons cela la Vérification par Preuve Papier, ou VPP.

Rappelons que trois technologies de vote ont été testées dans trois endroits différents. Tandis que notre solution comprenait la VPP, la solution déployée dans la région de La Morita (Quito) en était dépourvue. Quant à la solution utilisée à Azuay, les preuves papier étaient proposées sous la forme de l’impression d’une quittance une fois le vote effectué, cette dernière étant utilisée lors du dépouillement des votes. En cas de perte de la quittance, le vote est perdu.