Search

Smartmatic

Elections régionales au Venezuela, 2004 : Audits

Test technique (5 octobre)
Il s’agissait ici de tester la saisie manuelle d’entrées, la certification et la transmission de données de vote, la génération de bulletins de vote et du matériel de décompte, ainsi que la génération d’actes d’arbitrage. Le bon fonctionnement des systèmes de traitement et de décompte des bulletins manuels et électroniques a été validé.

Il en est de même pour le système de transmission : les données issues des 335 conseils municipaux, des 23 conseils régionaux et des 2 conseils de district ont été intégrées et transmises, par connections directes, au centre de décompte de la commission électorale, le CNE, via les réseaux de communication fournis par CANTV. L’ensemble des opérations était sous le contrôle du CNE.

Simulation de vote au niveau national (10 octobre).
La simulation s’est faite avec une machine de vote SAES-3000 et un scrutin électronique dans chacun des 2 500 centres de vote automatisés participant à l’audit. Plus de 9 000 opérateurs et techniciens y ont pris part. Cela aura été l’occasion de tester le centre national de décompte des voix installé dans les locaux du CNE. De même pour les différents centres installés chez CANTV, partenaire de Smartmatic pour la transmission des votes : le centre national de décompte de secours, le centre de surveillance et de contrôle et le centre de surveillance et de contrôle de secours.

Essais de vote (28 octobre)
Cet audit a été mené sur un échantillon choisi au hasard de 188 machines de vote SAES-3000, soit 0,5% des 23 594 machines déployées. Des techniciens et des opérateurs ont effectué des votes en suivant scrupuleusement les instructions affichées. Ensuite, les quittances de vote imprimées ont été conservées séparément afin de les comparer aux relevés fournis par chaque machine. Aucun écart ne fût constaté. La précision et la fiabilité du système ont été confirmées.

Après la clôture des votes, deux autres audits sont effectués : l’audit de clôture et l’audit postélectoral. Le premier se tient en fin de journée électorale et consiste en l’ouverture d’une urne de chaque centre de vote, devant du personnel du bureau de vote, ainsi que des représentants de chaque candidat et en présence des média. Le deuxième audit s’est tenu quelques jours après, le 2 novembre, et consistait en l’ouverture d’1% des 5 340 urnes pour une analyse plus approfondie.