Search

Smartmatic

Lors du Democracy Watch Forum, Smartmatic et le milieu universitaire plébiscitent le vote électronique

Manille, Philippines, 16 décembre 2013.- Nombre d’universitaires et de chercheurs plaident pour le recours systématique aux solutions d’automatisation électorale, mettant en avant les bénéfices multiples pour la démocratie et l’économie.

Le doyen du College of Liberal Arts de l’Université De La Salle, Mr Julio Teehankee, estime que « les élections automatisées offrent plus de garanties et de transparence ».

Organisé par le groupe Democracy Watch, le forum s’est récemment tenu à l’Université De La Salle, autour du thème « Elections automatisées aux Philippines : bénéfices et questions en suspens ». Mr Teehankee a cité le taux d’exactitude relevé de 99,97% lors des élections sénatoriales de 2013, taux vérifié et confirmé par un audit manuel conduit sur un échantillon aléatoire.

L’audit manuel a été organisé et géré par un comité constitué de la Comelec, du Conseil Paroissial Pastoral pour un Vote Responsable et de l’Office National des Statistiques. Sur un échantillon de 1 016 860 voix, sélectionnées au hasard parmi 234 points de vote, les résultats des dépouillements automatiques ont été comparés à un dépouillement manuel. L’exactitude des résultats est sans appel. Un audit identique mené lors des premières élections automatisées, en 2010, révélait un taux d’exactitude de 99,60%.

Dans un souci de lever tout doute, Mr Teehankee a fait part de données issues du Consortium des Réformes Electorales, ainsi que du Ateneo Fact-Check (Université Ateneo de Manille), attestant de la sûreté des élections de 2013 malgré quelques aléas techniques mineurs adressés par la Comelec.

Ce fût au tour d’Ador Torneo, adjoint chargé de cours au sein du Département des Sciences Politiques DLSU, de présenter des extraits d’un rapport sur le modèle 60-30-10 découlant de la loi des grands nombres.

Le président de Smartmatic Asie Pacifique, Cesar Flores, fournisseur des scanners optiques utilisés lors des dépouillements de vote en 2010 et 2013, soutient le travail mené par les universitaires : « Il est formidable que des scientifiques reconnus mènent une analyse approfondie des élections, témoignant ainsi que les citoyens n’ont pas été trompés. »

Il a noté que l’analyse poussée des données ne révèlerait pas l’existence du soi-disant modèle.

Mr Flores a rappelé que Smartmatic est un fournisseur sûr de son expertise et « défendant avec vigueur sa technologie ». Cela ne l’empêche pas de croire en « la nécessité de mener tout type d’audit via les tiers appropriés ».

Représentant la Commission Electorale (Comelec), le commissaire Luie Guia a informé l’assemblée qu’ils se tenaient prêt à répondre par des faits à toute allégation concernant les élections de 2013. « Il est essentiel que le peuple accepte le résultat de l’élection comme étant irréfutable. Nous restons à l’écoute de tout propos à ce sujet ».

Mr Guia a conclu qu’un retour aux élections manuelles serait contreproductif et annulerait tout le travail accompli par le gouvernement et les entreprises civiles autour de ce projet, ayant pour but commun la mise en place d’un processus électoral transparent, rapide et justifiable.

Le forum a été organisé en coopération avec le Département des Sciences Politiques du DLSU.