Search

Smartmatic

'Le vote électronique est une tendance irréversible'

Bogota, 21 Février 2011.- Le 16 février dernier a eu lieu le forum « Élections : du papier à l'ère numérique' », organisé par la revue « Semana », dans la ville de Bogota. L'objectif était de soumettre à débat les postures les plus actuelles en matière d'automatisation de vote, dans le cadre de la réforme électorale en suspens pour la Colombie, et sous la prémisse que ce système sera une réalité pour les prochaines élections présidentielles en 2014, comme l'a signalé Mr. Germán Vargas Lleras, Ministre de l'Intérieur et de la Justice de ce pays andin.

Selon Mr. Eduardo Correia, Vice-président de l'Unité Électorale de Smartmatic et conférencier invité au forum, 'les systèmes de vote automatisé partent de l'idée de garantir que les résultats de toute élection sont déterminés uniquement et exclusivement par la volonté des électeurs. En se basant sur la quantité d'expériences précédentes réalisées avec succès au Brésil, aux Philippines et en Inde, durant plus de 10 ans -processus qui non seulement ont été bien exécutés, mais en plus très bien perçus par l'électorat-, nous pouvons affirmer que l'automatisation, en général,  et le vote électronique en particulier, sont deux tendances définitivement irréversibles'.

Mr. Correia a comparé les technologies qui s'utilisent au Brésil, aux Philippines et en Inde et a analysé les bénéfices qu'a apportés l'automatisation du vote dans chacune de ces nations. Aux Philippines, premier pays du sud-est asiatique qui s'est décidé à automatiser ses élections, l'agence de sondages Social Weather Stations (SWS) a révélé que 75% des votants se considéraient 'très satisfaits' quant à la conduite, la rapidité et la crédibilité de l'élection. De plus, ces élections ont permis au peuple philippin, pour la première fois dans leur historie, de connaître les résultats des élections, le même jour au cours duquel se sont déroulés les comices. Ce cas indique, tout du moins partiellement, que l'implémentation de systèmes de vote électronique ne dépend pas du niveau de développement d'un pays ou du degré de complexité de sa géographie.

Au Brésil, bien que les machines n'impriment pas de récépissé de vote, Mr. Correia a fait remarquer l'avantage que comportent ces équipements qui s'activent grâce à l'authentification biométrique de l'électeur, garantissant ainsi la prémisse selon laquelle un électeur doit être égal à un vote. Finalement, Mr. Correia a loué la très faible consommation énergétique  requise par les équipements de vote utilisés en Inde, où s'est tenue la plus grande élection du monde.

Mr. Carlos Holguín Sardi, ex-président du Parti Conservateur, Mr. Carlos Ariel Sánchez, Enregistreur National de l'État Civil, Mr. Juan Pablo Cepero Márquez, Président du Conseil Nacional Électoral, Mr. Juan Fernando Cristo, Sénateur de la République et Mme. Jennifer McCoy, Directrice du Centre Carter pour les Amériques, ont également participé à ce forum. Cette dernière a exposé une conférence dans laquelle elle a fait connaître différents systèmes de vote automatisé, les caractéristiques de chaque technologie et quelques expériences ponctuelles.

Ce Forum a permis aux participants d'évaluer les avantages et inconvénients dans l'implémentation d'un système de vote électronique, des points de vue économique, social et culturel. De plus, une insistance particulière a été mise sur le fait qu'un processus de cette nature aide à améliorer la transparence et l'efficacité des processus électoraux, mais n'est pas une garantie absolue de la disparition des vices inhérents aux processus démocratiques, un aspect sur lequel les institutions latino-américaines en général, et colombiennes en particulier, doivent fournir un grand effort.