Search

Smartmatic

Le PPRCV organise une démonstration attestant de la sûreté des machines de décompte de votes

Manille, Philippines - 26 novembre 2015 - Le Conseil paroissial pour le vote responsable (PPRCV), organisme philippin d’observation électorale, contrôle de près les machines de décompte des votes (VCM) qui seront déployées à l’occasion des élections nationales aux Philippines en 2016.

Répondant au souhait du PPRCV, Smartmatic a organisé une démonstration publique des machines qui seront utilisées en 2016. La démonstration s’est tenue dans le cadre d’un évènement du PPRCV « One Good Vote for CHAMP: Clean Honest Accurate Meaningful Peaceful Elections » du 21 novembre 2015 à l’Ecole catholique de Manille, auditorium Cardinal Sin.

Représentant Smartmatic lors de la démonstration, Marlon Garcia, chef de projet, souligne que les VCM répondent complètement à tous les prérequis en matière de sécurité. Les machines offrent un accès contrôlé par authentification d’identité, un système de validation d’accès utilisateur multiniveaux, un système de signatures numériques et un cryptage des fichiers de données.

« Tout comme les machines utilisées précédemment, les nouvelles machines de décompte sont munies de niveaux élevés de sécurité par cryptage rendant impossible toute tentative de piratage. Elles disposent en plus d’un système de cryptage 256-bit, offrant ainsi une sécurité supplémentaire par rapport aux autres machines, » rapporte Marlon Garcia.

Karen Jimeno, avocate et Directrice à l’éducation des électeurs chez Smartmatic, était également présente pour la démonstration.

L’objectif premier de la démonstration était le passage en revue des divers dispositifs de sécurité équipant les machines de décompte, comme par exemple le fait que chaque membre du Comité des inspecteurs électoraux ne peut accéder aux machines qu’après y avoir renseigné son identifiant et son mot de passe, tous deux uniques et inséparables. Toutes les actions effectuées par chaque personne ainsi identifiée sont répertoriées. Les machines sont aussi équipées de dispositifs physiques de sécurité (iButton).  Enfin, à chaque membre du comité d’inspection est associé un certificat numérique  lui permettant d’initialiser la machine, de contrôler l’accès aux fonctionnalités ou encore d’apposer une signature numérique sur le comptage effectué.

En complément des dispositifs équipant les machines de décompte, les scrutins  disposent eux aussi d’un moyen de sécurisation. Chaque scrutin est muni d’un code barre comportant des informations spécifiques sur la ville/municipalité, le district et la circonscription associée. La machine de décompte lit ces codes barre et ne traitera que ceux définis comme rattachés à sa circonscription.

Aussi, tous les bulletins sont imprimés sur un papier spécial et sécurisé, avec une encre ultraviolette visible à couleur changeante et suivant un motif exclusif. Les bulletins ne peuvent être ni copiés ni scannés.

Karen Jimeno explique que « les VCM sont équipées de capteurs à ultraviolet capables de détecter la présence ou l’absence des schémas UV, garantissant la reconnaissance des seuls bulletins authentiques. »

Marlon Garci précise que « les VCM conservent une copie des fichiers utilisés pour la définition de l’élection, des données des résultats, des fichiers d’activité, de tous les rapports et des images numérisées de tous les scrutins (les 2 faces) assignés aux circonscriptions respectives. Toutes ces données sont protégées par des signatures numériques et des algorithmes de cryptage. »

Les machines de décompte comportent aussi une imprimante. Par l’impression d’une quittance de vote le principe de la vérification par preuve papier est garanti et il est possible de mener des audits de tout le système électoral. Les machines requièrent aussi une vérification du vote à l’écran, ou via une interface audio pour les malvoyants.

Henrietta de Villa, à la tête du PPRCV et ancienne ambassadrice,  soulève la question de la programmation des machines : « De quels moyens disposons-nous pour être sûrs que la programmation de la machine est correcte ? Par la vérification du code source, revue actuellement en cours et à laquelle participent six représentants du PPRCV. »

Mme de Villa soulève un point important propre à tout système de vote automatisé : la validité du code source, c’est-à-dire du logiciel équipant les machines de vote. La Commission électorale (Comelec) et Smartmatic ont ouvert le code source à vérification publique depuis le 8 octobre 2015, soit sept mois avant l’évènement électoral de  2016.

Dans un souci de transparence et de sensibilisation des électeurs aux bonnes pratiques le PPRCV organisera d’autres démonstrations des machines de vote.