Search

Smartmatic

L’automatisation et les défis relevés par la communauté électorale internationale.

Pointe aux Piments, 8 juin 2013.- Un des grands défis du 21ème siècle auxquels font face les organismes électoraux est l’organisation d’élections à la fois efficientes et transparentes. Désormais inscrite dans une tendance globale irréversible, l’automatisation électorale se présente comme la solution de choix permettant de relever ce défi, tout en répondant aux spécificités de chaque nation.

Du 27 au 29 mai dernier s’est tenu le 6ème Symposium International sur les Affaires Electorales, à  l’Ile Maurice, réunissant des membres de diverses commissions électorales internationales et des fournisseurs en technologie électorale. Les échanges se sont révélés très productifs.

Parmi les thèmes abordés, il a beaucoup été question des bénéfices apportés par l’automatisation de chaque étape d’un processus électoral, mais aussi de l’utilisation du vote électronique, son essor, ses avantages et son avenir, de l’utilisation de l’identification biométrique garantissant le principe « un électeur, une voix », de l’offre en matière de logiciels de gestion électorale, ainsi que de la valeur ajoutée globale des machines de vote électronique.

Une des conférences remarquées fût celle traitant des systèmes de vote employés sur le continent asiatique, animée par Aziz Yusof, Président de la Commission Electorale de Malaisie, et par Helen G. Aguila-Flores, Directrice Exécutive Adjointe Administrative à la Commission Electorale des Philippines.
Plusieurs intervenants ont donné des présentations marquantes au cours de ce symposium. Celle de César Flores, Président de Smartmatic Asie Pacifique, était centrée sur l’importance de l’automatisation et du vote électronique.
Eduardo Correia, Vice-président de l’unité Elections pour Smartmatic, a animé l’un des ateliers interactifs centré sur les avantages à automatiser chaque étape d’un cycle électoral. L’accent a été mis sur la disponibilité d’une technologie de pointe offrant diverses possibilités d’accroitre l’efficience, ainsi que  la transparence, de chaque processus entrant en action lors d’une élection.

Autre sujet abordé lors des ateliers, la technologie biométrique et son utilisation, a été illustré par l’expérience ghanéenne. En effet, en 2012, le Ghana avait opté pour la technologie biométrique pour l’enregistrement et l’identification de ses électeurs lors d’élections nationales.

Enfin, Charles Lasham, Directeur des Affaires Electorales à l’ICPS, s’est exprimé sur l’éducation électorale, avant de clôturer le symposium.